Les Rapports de Commission

Note d’alerte conséquence guerre en Ukraine

Le Conseil Économique, social et environnemental régional d’Ile de France (CESER) a produit une note d’alerte à l’attention de l’exécutif régional concernant les conséquences de la guerre en Ukraine en Ile de France.

Cette note, dont le rapporteur est Patrick Aracil, chef de file de la délégation UNSA d’Ile de France, est construite comme une première approche à partir de constats de terrain recueillies au travers d’auditions de diverses personnalités représentant la société civile.

 

En préambule le CESER dans cette note réaffirme publiquement sa condamnation de cette guerre meurtrière qui n’épargne pas les populations civiles déclenchée par la Russie et ses dirigeants, bafouant les traités internationaux et les valeurs démocratiques qui fondent nos civilisations.

 

Le CESER soutient la mise en œuvre du plan d’action du Conseil Régional d’Ile de France voté par sa commission permanente le 23 mars, ainsi que ses motion et délibération du 18 mai 2022, votées à l’unanimité des groupes politiques.

 

Au-delà de cette première réponse de solidarité, le CESER s’interroge aussi sur les conséquences de cette crise notamment sur les plans économique, écologique, et énergétique.

 

Depuis le début du conflit, plus de 6 millions d’Ukrainiens ont fui leur pays. Parmi ces populations en fuite, 90% des demandeurs d’asile sont des femmes et des enfants.

L’Ile-de-France est concernée par cet exode et l’afflux de réfugiés ayant demandé l’asile dans notre pays, soit environ 85 000 Ukrainiens dont un grand nombre n’est que de passage en Ile-de-France.

Des dispositifs d’hébergement d’urgence de droit commun, ont été proposés par la Région IDF,  bien sûr en complémentarité avec les dispositifs mis en place par les associations, parmi lesquelles la Croix Rouge, le Secours populaire, le Secours Catholique, la Cimade…

Les dispositifs de scolarisation des jeunes ukrainiens a fait aussi l’objet d’une étude particulière dans cette note.

Actuellement, 436 élèves Ukrainiens sont scolarisés à Paris après être passés par le guichet unique du Casnav (Centres académiques pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs), dont 79 dans les lycées. L’académie de Versailles accueille 1291 élèves dont 10% dans les lycées. L’académie de Créteil, en accueille 763.

Dans les universités, les places d’accueil sont limitées. La Région Ile de France soutient financièrement le programme « Accueil Urgence Ukraine » à la Cité Internationale Universitaire de Paris.

 

Les dispositifs d’aides sociales et d’accès à l’emploi ont été ajustés pour faire face au caractère inédit de la crise ukrainienne.

Eprouvés par la crise sanitaire, les fondamentaux de l’économie francilienne sont encore davantage fragilisés par la crise Ukrainienne. Des secteurs et filières particulièrement atteints par la guerre en particulier le BTP (matériaux et prix de l’énergie), l’automobile, la chimie, la cosmétique, le secteur pharmaceutique, la filière bois, le secteur agro-alimentaire et certaines entreprises commerciales et de services[1].

 

Afin de suivre l’évolution de la situation des entreprises en Ile-de-France, la Région Ile-de-France a formé un comité technique de résilience en lien avec la Direction régionale interdépartementale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DRIEETS).

 

En conclusion, dans cette note, le CESER conscient des limites des compétences et budget de la Région Ile-de-France, l’encourage néanmoins à amplifier ses efforts notamment dans les secteurs où elle dispose de leviers institutionnels forts ; coordination des acteurs économiques, logement, transport, formation…

 

 Il demande entre autres  :

 

  • Qu’elle maintienne sa vigilance et sa réactivité dans l’hypothèse qui n’est pas à exclure où elle aurait à accueillir de nouvelles vagues de réfugiés Ukrainiens.

 

  • Qu’elle mobilise ses ressources et élabore une stratégie pour une future phase d’aide à la reconstruction et réparation de l’Ukraine. En ce sens le CESER se félicite des promesses faites à l’ambassadeur d’Ukraine lors de son intervention devant le conseil régional du 18 mai d’établir des relations privilégiées avec la Région de Kiev et du projet de jumelage avec la ville de Tchernihiv durement touchée par le conflit.

 

  • Qu’elle pèse pour la recherche de toute initiative permettant la fin du conflit, l’ouverture de négociations, et le retour au droit international, à la justice et à la paix.

Télécharger la note https://www.ceser-iledefrance.fr/ressource/les-consequences-de-la-guerre-en-ukraine-pour-lile-de-france/ 

En savoir plus : [email protected]

Commission cadre de vie

Favoriser la mixité sociale, l’accès au logement, aménager des quartiers innovants et écologiques et financer la construction de nouveaux logements… la Région s’attache à améliorer la qualité de vie des Francilien∙nes.

4 axes clés pour une action régionale pour le logement réussie 

Relancer la construction de logements, aménager 100 nouveaux quartiers innovants et écologiques, mieux répartir le parc social sur le territoire, encourager l’accession à la propriété pour tous les Francilien∙nes : la Région entend changer le visage de l’Île-de-France. L’action régionale pour le logement s’articule ainsi autour de quatre axes clés  : 

  1. Créer plus de logements en libérant du foncier constructible
    Le plan pluriannuel d’intervention de l’établissement public d’Île-de-France, l’EPFIF, doté de 2 milliards d’euros, accélère le mouvement.
    Un choc de simplification encourage les maires à recourir à l’EPFIF. L’objectif fixé est de réduire la durée de portage.
  2. Promouvoir une vraie mixité sociale
    Une clause anti-ghetto permet d’éviter la construction de logements très sociaux lorsqu’une commune compte déjà 30 % de logement sociaux (PLUS+PLAI). La Région finance à nouveau le PLS (logements intermédiaires).
  3. Lutter contre les fractures
    Notamment en investissant 250 millions d’euros de crédits spécifiques sur le renouvellement urbain (pour la sécurité, la jeunesse et le développement économique) ; en mobilisant plus de 1,7 milliards d’euro pour désenclaver les quartiers au travers du CPER ( Contrat Plan Etat Région)
  4. Améliorer le cadre de vie des Francilien∙nes
    Grâce aux quartiers innovants et écologiques.

En savoir plus :  [email protected].org

Commission agriculture

Une action régionale pour l’agriculture et les territoires ruraux

Avec près de 80% de sa surface recouverte d’espaces agricoles, forestiers et naturels, l’Île-de-France est un grand territoire rural. Aides, soutien aux exploitations, promotion d’une alimentation locale… L’action régionale pour l’agriculture et l’alimentation vise à la fois les acteurs de l’agriculture, les territoires et les consommateurs et tous les maillons des filières.

Pour soutenir les exploitations, le Pacte agricole voté en mai 2018 par la Région s’appuie sur plusieurs axes :

  • Soutien à l’installation et au démarrage des jeunes agriculteurs∙rices,
  • Développement des circuits courts,
  • Préservation des terres agricoles,
  • Formation aux métiers de l’agriculture

L’Île-de-France compte 5 000 exploitations agricoles, dont la moitié de plus de 100 hectares. Les grandes cultures et le maraîchage coexistent sur le territoire. Face à ces réalités contrastées, la Région soutient l’innovation et la modernisation des exploitations.

En savoir plus : [email protected]